Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des mots pour résister

La prison. Je les connais bien, les murs de cette cage qui me serrent le cœur depuis des jours, des mois, des années... Je ne sais plus à vrai dire.

Au début, je comptais les jours. Au début seulement.

Et je pleurais souvent, de peur ou de colère ou de désespoir... Un matin, au travers de mes larmes, je crois distinguer un léger décalage dans l'alignement des briques sombres du mur d'en face, au premier rang, au ras du sol.

(Fin de la dictée ce2/cm2)

J'essaie machinalement de déplacer une brique, mais c'est celle placée juste à côté, qui se retrouve sans grande difficulté, entre mes deux mains ingénues. Je la remets simplement sans réfléchir, comme pour remettre une chose à sa juste place...

Et, trois jours plus tard, alors que cette garce de Juliette m'a une nouvelle fois volé mon pain, je reviens comme une enragée dans ma cellule, tout en comprimant de plus bel mes poings nerveusement fermés !

 

(Fin de la dictée collège)

 

Résister, c'est comme respirer, on le fait avec ses muscles et avec son âme !

Mais la colère s'insinue farouchement, comme un liseron sauvage, qui n'en finirait plus d'envahir un territoire qui n'est pas le sien !

Je décide de me saisir de cette brique, de la déloger et de la fracasser en mille morceaux salvateurs sur le sol ! Mais je parviens mal à l'extraire de son mur rugueux, je m'y efforce désespérément  et tombe à la renverse.

 La rage folle qui guidait mes gestes s'évanouit subitement, au moment précis où je vois que l'argile de la brique est creusée en son antre, et abrite plusieurs petits rouleaux de feuilles méticuleusement enroulées sur elles-mêmes et marquées chacune de chiffres romains...

Je me mets à lire sans répit et à la grâce de Dieu ;  par moments, je décrypte un trait d'encre qui aura eu la fâcheuse tendance à presque s'effacer...

Je suis alors ravie, emportée par la poésie miraculeuse de cette écriture inconnue, mystérieuse, qui court sous mes yeux ébahis, signe après signe, et qui charme mon âme soudain délivrée de ses chaînes. Je m'élance sur les chemins de la beauté et de la liberté enfin retrouvées. Cette part d'humanité qui sommeillait en moi émerge en  sursaut.

Un détail saugrenu toutefois m'intrigue : pour quelle obscure raison, l'initiale de si peu de mots, semble-t-elle furtivement retranscrite en italique ?

Un geste surfait sans doute, ou une extravagance calligraphique, qui ne mérite pas le mystère qu'elle exhibe... ou un message secrètement gardé ?

------------------------------------------------------------------------------------------------------

La dictée pour les CP CE1 :

C'est la fête du livre de Fismes !

Des livres et des lettres de toutes les couleurs s'envolent  autour de moi.

Mes mains se tendent pour les attraper !

 

Partager cet article

Repost 0